Correspondances, métadonnées, collaboration

Brief von Franz Rosenzwieg an Eugen Mayer. Manuskript/Frankfurt/Main, 14 et 15 juin 1926. © Jüdisches Museum Frankfurt

Quand on commence à travailler sur une correspondance volumineuse1, on est assez vite confronté à la question suivante : comment retenir ce que l’on vient de lire ? Comment retrouver les passages centraux ? Comment organiser la matière brute, pour en faire un outil de travail. Cela semble banal, mais les correspondances sont des objets discontinus. On ne peut que rarement s’appuyer sur une structure narrative ou argumentative pour s’orienter dans le volume. Il faut donc se créer des outils qui permettent de se repérer rapidement, retrouver les lettres ou tel ou tel thème est abordé, mais aussi créer des liens entre différentes lettres, parfois distantes, qui s’éclairent l’une l’autre.

On rêverait d’éditions en ligne collaboratives de ces lettres, dans lesquelles les chercheurs pourraient ajouter des liens et des renvois de sorte que la communauté profite concrètement de leur travail.2

J’ai travaillé essentiellement sur trois correspondances dans ma vie, celle de Hannah Arendt et Martin Heidegger en maîtrise (oui, je suis vieille), celle de Franz Rosenzweig et des époux Rosenstock en thèse et celle de Walter Benjamin, à diverses occasions, plus tard. Pour ceux que ça intéresse, j’indiquerai en bibliographie, les travaux qui ont découlé de ces recherches. Cette question d’orientation s’est posée d’emblée dès la maîtrise, alors même que la correspondance était courte. J’ai donc commencé à faire des tableaux, indiquant la date, le lieu, les correspondants en présence et rapidement les thèmes évoqués, surtout quand ils avaient à voir avec mon approche.

Cette technique a révélé toute son utilité pendant ma thèse, qui portait sur un matériau beaucoup plus touffu et m’a occupé bien plus de temps. À la fin du travail, je me suis cependant demandé que faire de ces tableaux qui m’avaient été si utiles, mais ne se retrouvaient nulle part et semblaient condamnés à vivre oubliés dans les tréfonds de mon ordinateur. L’idée que quelqu’un qui voudrait à son tour entamer un travail sur ces correspondances allait devoir recommencer ces tableaux me semblait d’une grande stupidité et contraire à tout idéal d’une recherche collaborative.

Il s’est en fait révélé assez difficile de partager ces métadonnées. J’ai essayé de le faire sur HAL, mais elles ont été refusées. Je me suis donc dit qu’ici, c’était le bon endroit. Ces données ne sont pas parfaites, elles contiennent sans doute des erreurs et les lettres dont je n’ai pas indiqué les thèmes, parce qu’elles ne m’intéressaient pas particulièrement, seront peut-être passionnantes pour quelqu’un d’autre. L’idée est de livrer un matériau brut, qui puisse être modifié, amélioré, adapté par quiconque aurait envie de s’y coller. J’aurais pu et peut-être dû reprendre les tableaux, les corriger, les compléter. Mais j’ai compris avec le temps que je ne le ferai pas, parce que je n’en avais pas le temps et que mes préoccupations étaient ailleurs. J’ai donc renoncé et vous livre ces outils imparfaits.

Les liens ci-dessous ne vous permettent pas de modifier les documents. Mais jetez-y un oeil et envoyez-moi un mail si besoin, je vous en enverrai très volontiers une version modifiable.

TABLE DES LETTRES GRITLI
Franz Rosenzweig, Die « Gritli »-Briefe, Tübingen, Bilam-Verlag, 2002

PDF http://www.erhfund.org/the-gritli-letters-gritli-briefe/ [30.04.2020]

Ce tableau constitue un relevé des métadonnées des lettres de Franz Rosenzweig à Eugen et Margrit Rosenstock. La première colonne indique le numéro de la lettre en question dans l’édition papier ou la mention pdf, si la lettre n’est présente que dans les documents PDF mis à disposition par le lien ci-dessus. Suivent dans les colonnes suivantes la date, la personne à qui s’adresse la lettre, éventuellement le lieu et d’éventuelles remarques de forme ou de contenu sur la lettre en question.

La dernière colonne propose des éléments thématiques relatifs aux autres volumes de la correspondance de Franz Rosenzweig, Briefe und Tagebücher, La Haye, Nijhoff, 1979.

https://drive.google.com/file/d/1OJloIKhaBhw_1jUUm0vd9KHIX2RGrB2F/view?usp=sharing

Ce lien vous donne accès aux métadonnées relatives aux cinq premiers volumes de la correspondance de Walter Benjamin.

https://drive.google.com/file/d/1ucYRgcLnlkcbUo2YuCwfGfh0F4VpKrFT/view?usp=sharing

Correspondances évoquées

Hannah Arendt / Martin Heidegger, Briefe 1925 bis 1975 und andere Zeugnisse , sld. Ursula Ludz, Francfort/Main, Klostermann, 2013, 439 p.

Walter Benjamin, Gesammelte Briefe, vol. 1-6, sld. Christoph Gödde, Francfort/Main, Suhrkamp, 1995-2000.

Franz Rosenzweig, Die ‘Gritli’-Briefe  : Briefe an Margrit Rosenstock-Huessy, sld. Rühle und Reinhold Mayer, Tübingen, Bilam-Verlag, 2002, 860 p.

Franz Rosenzweig, Briefe und Tagebücher, sld. Rachel Rosenzweig, La Haye, Nijhoff, 1979, 1334 p.

Travaux

« Les correspondances à l’épreuve du temps. Walter Benjamin collectionneur de lettres », Cahiers d’études germaniques, 71 (2016), p. 195-207.

Martin Buber, Franz Rosenzweig, Dialogue, tradition, traduction. Un choix de lettres, Paris, Hermann, 2015. [textes choisis et traduits par Sonia Goldblum].

Sonia Goldblum, Dialogue amoureux et dialogue religieux. Rosenzweig au prisme de sa correspondance, Paris, Hermann, 2014.

Sonia Goldblum/ Robert Krause, « Vom Schweigen zur Stille. Martin Heideggers Dialog mit Hannah Arendt jenseits des beredten Schweigens », in Sandra Markewitz (ed.), Jenseits des beredten Schweigens. Neue Perspektiven auf den sprachlosen Augenblick, Bielefeld, Aisthesis, 2013, p. 183-202.

Sonia Goldblum, « Die ‹Gritli›-Briefe: Forschungs- und Editionsperspektiven », Franz Rosenzweig-Jahrbuch (2010), p. 179-189.

  1. Je précise que j’ai toujours travaillé sur des correspondances publiées []
  2. Ce genre de projets existe déjà. Pour plus d’information, allez voir []

OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Sonia Goldblum (2 juin 2020). Correspondances, métadonnées, collaboration. Juifs d'Allemagne. Consulté le 18 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/ql7a


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search